Voyage au Québec – Le Voyage de Natacha

Par Jean-Pierre
0 Commentaire

On continue notre série sur les voyages qui ont changé votre vie avec cette fois ci l’expérience de Natacha avec son voyage au Québec et de sa lune de Miel.
N’oubliez pas de visiter son site si son article vous plait 🙂

Ce voyage au Québec a changé ma vie, c’était ma lune de miel.

Je sais ce que vous croyez et vous vous trompez. Non, ce n’était pas aux Seychelles, ou à l’Ile Maurice…

Naissance d’une idée

Le grand rêve de mon (futur) mari était d’aller au Québec. Oui, mais, le vrai Québec. Celui qu’on visite en Hiver, avec une parka et des MoonBoots. Puis, on est allés en Thaïlande. C’était magnifique. Et surtout, c’est là qu’il m’a demandée en mariage.
Je voulais, depuis ce jour, lui faire un beau cadeau pour cet événement qu’on ne vit qu’une fois (ou deux…). Mais, je voulais que ce soit exceptionnel, jamais vu, grand et beau. Un truc qui lui coupe le souffle, quoi.
Alors, j’ai décidé d’organiser un voyage de noces. Et comme c’était une surprise, il n’était pas au courant de ce projet. En grande bavarde que je suis, ça n’a pas été facile de tenir ma langue et de ne pas faire de gaffe. Mais j’ai tenu bon !

Le cadeau

Pendant un an, j’ai organisé mon mariage et ce voyage. C’était génial, presque aussi bien que de le vivre. J’ai du m’occuper de la manière dont on devait s’habiller là-bas pour ne pas avoir froid. Pour ceux qui ne le savent pas, le Québec en Hiver, c’est -20° à la période qui nous intéressait… Ça m’a stressée car mon mari pointe du 48, et trouver cette taille en chaussures de grand froid, ça n’a pas été facile, même avec Internet !

Il a fallu réserver les billets de train et d’avion, puis verser les arrhes pour le chalet en bois rond que je voulais absolument pour lui faire plaisir, sans qu’il ne se rende compte des transactions effectuées…
Puis, pour que l’annonce se fasse de manière festive, j’ai tourné avec des amis qui étaient dans la confidence, une petite vidéo humoristique dans laquelle je lui faisais croire qu’on allait dans un trou paumé en France. Je lui révélais la vraie destination à la fin de la vidéo, bien-sûr.

Il a été très surpris de découvrir ça le jour J ! Surpris, mais heureux.

Embarquement pour l’Amérique

Et puis le 29 décembre 2014, on a traversé l’Atlantique, et posé les pieds tous les deux pour la première fois sur le continent Américain.

On était tout émus !

On était par contre très fatigués, on avait laissé tous les vêtements chauds dans les grosses valises enfermés dans des sacs sous-vides pleins à craquer, et si on se mettait à tout ouvrir là, en plein milieu de l’aéroport, on n’aurait jamais réussi à tout refermer ! Mais on a hésité, je vous assure. On a été choqués de ce qu’on a ressenti en mettant le nez dehors. Un congélateur !

Et comme à mon habitude, je me sentais mal en arrivant dans un pays que je ne connaissais pas. J’ai, à chaque voyage, un petit « France blues », le mal du pays, quoi…

On a eu du mal à trouver l’agence de location de voiture, mais j’étais pas vraiment inquiète. J’avais choisi exprès un pays où on parle français, vous voyez. Pas de galère de communication en cas de problèmes. Je savais que ça allait rassurer mon mari, dans le même temps.

J’ai jamais été aussi présomptueuse de ma vie ! J’ai eu une personne travaillant à ladite agence de location de voiture au téléphone, pour lui demander de m’indiquer le chemin (c’était hors de l’aéroport). Je n’ai absolument rien compris de ce qu’elle me disait. Ça fait rire les gens quand je le raconte, mais moi je rigolais pas du tout.

Arrivée au chalet

Nous sommes sortis de l’avion vers 16h et sommes arrivés au chalet vers 20h, alors que c’était à 1h de Montréal !

J’étais morte de trouille et transie de froid. La conduite sur une petite route de campagne verglacée avec une petite citadine automatique (avec pneus neige, faut pas déconner, non plus), très peu pour moi. Moi je faisais le « co-pilote ». Presque plus de batterie à mon portable, et la propriétaire qui répondait pas, j’étais à deux doigts de craquer.

J’avais juste envie de pleurer en voyant, enfin, le chalet se dévoiler sous nos yeux ahuris.

C’était magnifique ! La nuit était tombée depuis longtemps, la proprio avait allumé toutes les lumières pour que nous nous repérions. La cheminée réchauffait l’ambiance. On avait vue sur le lac gelé juste en face du chalet. Et même si on n’y voyait pas grand-chose, l’émotion nous a gagnée, car c’était la première fois qu’on voyait un tel spectacle.

Tout était très bien conçu, il y avait un digicode à l’entrée du chalet, la propriétaire avait laissé un mot… J’étais soulagée et pouvait enfin me détendre !

Choc culturel

Nous n’avions encore rencontré personne du coin et nous avions eu du mal à comprendre les Montréalais, alors on avait un peu peur, vu que le chalet se trouvait en rase campagne.

Nous avons fait la connaissance de la propriétaire, qui était absolument adorable. Elle nous explique pourquoi la météo est si improbable . Car, nous étions un peu étonnés de voir si peu de neige au sol.

« Les températures sont très clémentes pour la saison, nous apprend-elle.

Et nous : Ah ! -12°, c’est clément ?

Oui ! Ça fait 74 ans qu’on n’a pas eu aussi peu de neige à cette époque. Il devrait faire -20° normalement ! »

Et là, malgré la déception (pour la neige), on s’est sentis soulagés, car nous n’aurions jamais réussi à conduire jusque là, la veille, avec de la neige sur la route.

Les québecois sont de “grands malades” ! Ils conduisent à 60/70 kms/h (en miles/h, je ne sais pas combien ça fait) sur route enneigée. Ne vous méprenez pas, c’est très rapide ! Après, il faut dire qu’on n’a jamais vu d’aussi gros véhicules ! Que des pick-up, et pas des petits. En rentrant en France, on avait l’impression de débarquer dans le monde des Playmobil.

D’ailleurs tout est grand au Québec… Les espaces sont vraiment immenses, c’est très vaste.

Premiers contacts avec les locaux

Les premières personnes auxquelles nous avons parlé, malgré qu’il s’agissait de commerçants, nous ont paru assez froides. On avait toujours du mal à communiquer, en plus.

Pour ceux qui l’ignorent, les québecois parlent moitié vieux français, moitié québecois. Ça fait un super mélange.

Oui, mais, au fait, c’est quoi le québécois, comme langue ?

C’est pas une langue déjà. Eux, ils vous diront qu’ils parlent français, mais alors franchement, à d’autres. Ils utilisent plein de petites expressions, francophones certes, mais un bon petit français en perdrait son latin. C’est tellement imagé !

Nos racines

Le lendemain, nous sommes retournés dans un des commerces du centre-ville. L’ambiance s’est un peu réchauffée lorsqu’ils nous ont demandé notre provenance et que nous avons dit venir du Pays-Basque. Ils paraissaient contents, et moins méfiants. Nous aussi, nous avons mis notre cape de touristes racistes au vestiaire et avons eu envie de partager sincèrement avec ces gens.

Au fil des rencontres, qui se passaient toujours à peu près comme ça, nous étions rassurés car nous ressentions la même chose que ce qu’une personne peut ressentir en arrivant au Pays-Basque pour la première fois. De la méfiance souvent, de la froideur parfois, une pointe d’orgueil et surtout des préjugés… Nous avions rencontré des gens qui ressemblaient aux nôtres. Surtout que les québecois en question ne voulaient absolument inclure aucun mot anglais dans leurs phrases. C’est une règle tacite à cet endroit de la carte. Cela nous a aussi rappelé l’attachement qu’ont les basques pour la langue Basque.

Ambiance chaleureuse par -20°

Malgré les températures plus que froides, les gens sont très accueillants. Après avoir brisé la fine couche de glace, par contre.

Le froid, on s’en accommode. Et nous étions très bien équipés ! Bon, c’est sûr, on met trois quart d’heure pour s’habiller avant de sortir, mais ça vaut le coup. On ne souffre pas du froid si on ne reste pas statique, et en plus, une balade dans ces grands espaces vides, avec cette neige et cette glace, c’est comme si on était seuls au monde. C’est magique.

Ce qu’on n’oubliera pas

  • On a vu des loups… C’est l’animal préféré de mon mari, il avait des étoiles plein les yeux. Et pour info, c’est bien plus gros qu’un Labrador. Impressionnant !

  • Les fameux panneaux « arrêt », le « stop » ça n’existe pas !

  • Les petites expressions rigolotes du genre « attache ta tuque, y fait ben frete »*, « ça flush pas »*, « c’est pour dîner ? »*… (* « mets ton bonnet, il fait froid », « la chasse d’eau ne fonctionne pas », « c’est pour déjeuner ? ».)

  • Les lacs immenses entièrement gelés et les stalactites glacés sur les rebords des toits. On est d’ailleurs prévenus de faire attention par un panneau « chute de glace », qui nous a beaucoup fait rire.

  • Les doubles portes et doubles fenêtres…

  • Notre balade en chiens de traîneau en pleine nature, c’était génial !

  • Les crêpes faites maison dans le congélateur, préparées par les locataires précédents, eux-mêmes français et qui ont appris que nous l’étions aussi. Nous n’avons jamais pu leur dire merci !

Cadeau d’anniversaire

En plus de fêter le réveillon de la nouvelle année là-bas, j’y ai aussi fêté mes 28 printemps. Les voisins, un couple, nous avaient invité à dîner chez eux. Ils nous avaient cuisiné un bœuf bourguignon, pour faire plaisir à nos papilles françaises. En apprenant que c’était mon anniversaire à minuit, notre hôte masculin, musicien de métier, m’a joué à la guitare « joyeux anniversaire » et une chanson dont je ne me souviens plus du titre mais dont je connais bien l’air. C’est une chanson écossaise que l’on joue pour le nouvel an. On a bien chanté et rigolé, c’était un chouette moment ! Complètement inattendu et improbable. La magie du voyage !

Le mot de la fin

Super séjour ! Le Québec, c’est tellement folklorique. On ne peut pas s’ennuyer, là-bas !

Plus qu’une chose à dire, on y retournera !

Natacha.


Encore merci à Natacha d’avoir partagé son expérience avec nous. Si vous avez aimé son aventure vous pouvez la suivre sur son Blog en cliquant ici (qui traite d’un autre genre de voyage :)) ou sur ses différents réseaux Facebook et Twitter

 J’en profite également pour vous dire qu’il n’y a finalement plus de date limite pour partager votre expérience voyage avec nous.
Si l’envie de partager votre expérience vous tente cliquez par ici pour avoir toutes les infos

Notez cet article
  • 19
    Partages

continuez votre voyage

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En cliquant sur ACCEPTER, vous consentez à la collecte, au stockage et à l'utilisation de vos données de navigation. Accepter En savoir plus